Le mag de l'investissement immobilier

5 frais à payer par un propriétaire qui loue un bien immobilier

La réalisation d’un investissement locatif est une étape importante dans la constitution d’un patrimoine immobilier et d’un complément de revenus. Concernant ce dernier point, il est important de ne pas oublier les frais à payer pour s’assurer de la rentabilité d’une telle acquisition.

bien immobilier

Au même titre que pour une résidence principale, l’investissement dans une maison ou dans un appartement mis en location entraîne un certain nombre de frais. Plus ces coûts auront été anticipés en amont, mieux un projet d’investissement immobilier sera réussi. La seule différence entre le futur loyer et la mensualité de crédit ne suffit pas à connaître la rentabilité réelle d’un achat immobilier locatif. Charges, frais et taxes : décryptage pour les propriétaires bailleurs.

Quels sont les frais que doit payer un propriétaire bailleur ?

Financement, taxe foncière, impôts, charges, assurance… Pierre & Vacances présente les 5 principales catégories de frais relatifs à un investissement locatif.

1) Les frais au financement de la transaction immobilière

Lors de la souscription d’un prêt immobilier, le montant du capital emprunté n’est pas seul à constituer les mensualités de crédit. Rarement oubliés, les intérêts du prêt immobilier représentent un coût complémentaire non-négligeable. Mais également, il est nécessaire de tenir compte d’un élément qui ne figure pas toujours dans les tableaux d’amortissement : le coût de l’assurance emprunteur (décès, invalidité, incapacité temporaire de travail, perte d’emploi…).

2) Les impôts sur le revenus fonciers

La perception de loyers engendre des revenus locatifs. Ceux-ci sont traités différemment en fonction du type de location.

  • Location vide (ou nue) ;
  • Location meublée.

En choisissant de louer son logement en location vide, le propriétaire peut opter pour le régime du micro-foncier, si les revenus fonciers n’excèdent pas 15 000 € par an, ou pour le régime réel.

  • Micro-foncier : un abattement forfaitaire de 30 % sur les revenus locatifs est appliqué. Aucune charge réellement payée ne peut être déduite ;
  • Régime réel : les charges et frais engagés par le propriétaire de l’habitation viennent en déduction des revenus.

La location meublée est privilégiée pour les logements de petite surface et studios. L’imposition entre dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) avec deux régimes différents :

  • Le micro-Bic (ou régime forfaitaire) pour les propriétaires percevant moins de 70 000 € de loyers par an. Un abattement forfaitaire de 50 % est automatiquement appliqué ;
  • Le régime réel des BIC : les frais réels peuvent être déduits, mais également les amortissements du logement, ce qui représente l’atout majeur de la location meublée en comparaison avec la location vide.

Bon à savoir : des dispositifs de défiscalisation (loi Pinel, loi Malraux, loi Monuments Historiques…) peuvent être sollicités afin d’alléger l’imposition du ménage.

3) La taxe foncière

Chaque terrain ou bien immobilier détenu engendre le paiement d’une taxe foncière. Les investissements locatifs n’y font pas exception. À noter : la taxe d’habitation doit être réglée par le locataire du logement au 1er janvier.

4) L'assurance du logement

L’assurance propriétaire non-occupant, différente de l’assurance habitation, permet au bailleur d’être assuré pour tous les risques courants lorsque le logement est inoccupé et lorsque le locataire est mal ou n’est pas assuré. Les sinistres liés à un incendie, un vol, un dégât des eaux, un événement climatique ou à la dégradation des biens mobiliers peuvent être pris en charge. Elle est obligatoire uniquement pour les propriétaires de logements situés en copropriété. Néanmoins, elle reste vivement recommandée pour tous les bailleurs souhaitant se prémunir contre le coût financier d’un sinistre.

5) Les autres charges

D’autres frais et charges peuvent venir faire grimper la facture pour les propriétaires bailleurs, par exemple :

Frais à payer réduits avec l’offre d’investissement Pierre & Vacances Immobilier

Pierre & Vacances Immobilier, c’est une offre clé en main. Le propriétaire signe un bail commercial d’une durée de 9 ans lui permettant d’éviter un certain nombre de frais. L’entretien courant est réalisé par l’exploitant de l’immeuble. Nul besoin d’une assurance impayés, l’exploitant supportant le risque pour le compte du propriétaire. Il en va de même pour les frais de recouvrement et de gestion locative, dont les propriétaires de logements commercialisés par Pierre & Vacances Immobilier n’ont pas à supporter le coût.

Vous pourriez être intéressé par :

Appelez-nous
0800 00 94 94

(Numéro Vert - appel gratuit / depuis un fixe)

Du lundi au vendredi 9h à 20h. Le samedi jusqu'à 16h20.

S'inscrire à la newsletter

Recevez un conseil personnalisé